Zéro déchet

Très à la mode depuis quelques temps, le « zéro déchet » est un incontournable vers lequel doit absolument tendre tout individu se prétendant un tant soit peu sensible à l’avenir de notre planète. Pour être efficace, le zéro déchet doit être vu comme un art de vivre, et non comme une contrainte. L’APES a toujours essayé d’orienter ses choix et ses actions dans ce sens.

https://circuitzerodechet.com/fr

Et si on traitait enfin nos déchets organiques comme une richesse et non des rebus ?

Les déchets organiques sont une matière première extraordinaire pour produire du gaz naturel renouvelable. Lorsque l’on sait que 47 % des résidus québécois soient 89 kilos environ/an sont des déchets organiques, on se rend compte que l’on jette une richesse insoupçonnée! En valorisant ces déchets, on peut créer une énergie propre et locale.
Mais me direz -vous : Produire du gaz naturel renouvelable avec mes pelures de légumes? C’est plus simple que vous ne le pensez!
Tout d’abord, on collecte les déchets alimentaires, ceux qui se trouvent dans votre bac brun, pour les acheminer ensuite vers une usine de biométhanisation.
Ils sont ensuite placés dans des biodigesteurs, d’immenses cuves dont l’action est comparable à celle d’un estomac format géant. On le nourrit des déchets alimentaires que des micro organismes décomposent pour en faire du gaz naturel renouvelable, le méthane.
Ce gaz ainsi produit, valorise les matières résiduelles pour en faire de l’énergie renouvelable.
Ce processus permet en plus d’avoir un résidu fertilisant appelé « digestat » que l’on peut utiliser pour les plates-bandes et les terres agricoles.
Alors quoi mettre dans son bac brun afin d’obtenir de l’énergie :
• Pelures et pieds de fruits et légumes,
• Os de viandes et volailles,
• Coquilles d’œufs,
• Écales de noix et noyaux de fruits,
• Restes de table, filtres à café et sachets de thé,
• Papiers-mouchoirs et serviettes de table en papier souillés seulement,
• Boîtes de pizza et de pâtisserie souillées, assiettes et verres en carton,
• Feuilles, fleurs et plantes mortes, gazon, sciure, écorce, copeaux de bois, résidus de jardin et de plate bandes,

Pensons vert, pensons zéro déchet, pensons énergie renouvelable !

5 gestes pour adopter le zéro déchet !

Se mettre au zéro déchet, c’est moins compliqué que ça en a l’air et ça ne coûte pas forcément plus cher.
Avec ces cinq gestes tout simples, vous pourrez commencer à réduire le volume de vos ordures ménagères et, ainsi, votre empreinte carbone.

Pas d’emballage inutile:
Tout le monde n’a pas la chance d’avoir une épicerie zéro déchet au coin de la rue. Mais au supermarché aussi, on peut faire des choix zéro déchet en n’achetant que les fruits et légumes en vrac, en apportant ses propres emballages, et en évitant les produits vendus en portions individuelles, puisque ces produits sont souvent sur emballés.

Planifier un menu pour la semaine :
À l’épicerie, on a tendance à se laisser influencer et à acheter plus que ce dont on a besoin alors qu’en planifiant ses menus, on cuisine avec ce qu’il y a dans le frigo. C’est bon pour le budget et cela évite le gaspillage!

L’art de cuisiner les restes :
C’est une façon de réutiliser les aliments non utilisés comme par exemple, un reste de légume ou de viande qui pourra très bien devenir une bonne sauce à spaghetti.

Acheter usagé le plus possible :
En achetant de seconde main, on prolonge la vie des objets et on leur évite de devenir prématurément des déchets. C’est assez surprenant tout ce qu’on peut trouver, à petit prix, en fouinant dans les bazars, les friperies et autre.

•  Garder sur soi une bouteille d’eau et une tasse, réutilisables ainsi que des ustensiles :
Se glissant facilement dans votre sac, ils vous éviteront d’être pris au dépourvu. Vous pourrez vous désaltérer, prendre un café ou utiliser vos ustensiles pour manger sur le pouce.

Ce projet est financé par l’entremise du programme Proximité, en vertu du Partenariat canadien pour l’agriculture, entente conclue entre les gouvernements du Canada et du Québec.